Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'Andronicus Khandjani

Je veux faire connaitre la Bible à mes contemporains. A travers la Bible, Dieu parle aux hommes, sans ce Message l'humanité perd sa part d'humanité

Il était une fois la terre...

La découverte de vestiges fossilisés de formes de vie complexe dans une carrière grès près de Franceville au Gabon bouleversera indubitablement la généalogie de la vie reconstituée patiemment par les évolutionnistes.  Cette découverte de fossiles datés, selon les méthodes de datation actuelles,  de 2 milliards d’année va sans doute relancer le débat entre paléontologues.

 

En effet, s’agissant des formes complexes de la vie, jusqu’à présent un certain consensus religieux entre généalogiste de la vie refusait de remonter au-delà de 700 millions d’années. Tout ceci va sans doute être bouleversé durant les prochains mois voire les prochaines années. La découverte est d’autant plus étonnante que la situation de la terre dans ladite période est présentée en ces termes : « Un soleil masqué par une atmosphère épaisse, rougeâtre, plus dense qu’aujourd’hui et si chargée en gaz carbonique qu’elle tuerait net un respirateur d’oxygène comme nous ». Si cette découverte remet douloureusement en question des dogmes et des certitudes scientifiques que penser du « créationnisme » qui se basant sur la chronologie de James Ussher, se bat pour asseoir l’idée d’une terre d’un univers jeune de 6000 ans ou à la rigueur de 12 ou 13.000 ans ?

 

De part et d’autres, on peut parler de fondamentalisme qui empêcherait l’interprétation du fait brut scientifique. Que nous dit la Bible ?

 

Il est d’abord intéressant de signaler que dans les versets 11 et 20, la Bible utilise avant tout des expressions qui suggèrent  une explosion de diverses formes  de vie plutôt que leur apparition, même si le contexte suppose aussi la création de nouveaux être. Dans la narration biblique, le Verbe Créateur appelle à «  un grouillement de grouilleurs », c’est-à-dire d’êtres capables de se multiplier dès que les conditions deviennent propices, ce qui n’est sans doute pas le cas de cette période où l’atmosphère était chargée en gaz carbonique.

 

Les découvertes récentes montrent à tout le moins que la généalogie de la vie et la perception des développements paléontologiques n’est pas au-dessous de tout soupçon. C’est un monde qui s’écroule pour ceux qui y ont cru. La généalogie actuelle reflète avant tout ces périodes de «foisonnement, de grouillements » de la vie plutôt qu’une succession évolutive qui aurait donné naissance aux formes de vie actuelle.

 

Le Texte Sacré dont le but n'est pas scientifique, marque d'une manière prodigieuse les grandes étapes de l'oeuvre créatrice. Quant aux problèmes de datation, il convient de signaler que pour les Hébreux de l'AT, on comptait les années depuis l'Exode et non depuis la création du monde.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article